La espirulina, un tesoro por descubrir

Article paru dans le Journal de Québec, mars 2012
Par Imane Lahlou, N.D., Ph.D
Dre en sciences et technologie des aliments et naturopathe, Auteure et conférencière

La nature nous offre des trésors pour nourrir notre corps. Chaque aliment frais et vivant est en soi une synergie de nutriments et de micronutriments qui contribuent à notre santé et à notre bien-être. Parmi les merveilleux trésors de la nature, la spiruline est un aliment à découvrir et à intégrer dans notre alimentation. Consommée par les Aztèques et les Mayas, la spiruline existe depuis plus de trois milliards d’années. Cet aliment ancestral appartient à la famille des cyanobactéries, une micro algue spiralée de couleur bleue-verte. La spiruline pousse naturellement autour du monde, dans des lacs saturés de matières organiques et de soude. Dans son milieu naturel, cette petite perle aquatique se nourrit exclusivement de minéraux inorganiques et se reproduit dans cet environnement chimique extrêmement contraignant à des températures supérieures à 30 degrés Celsius. Les Incas récoltaient la spiruline des lacs et l’exposaient au soleil et à l’air pur et sec de la cordillère des Andes. En effet, l’énergie solaire et les températures voisines de 40 degrés Celsius favorisent la photosynthèse, un processus bioénergétique qui permet de synthétiser de la matière organique à partir du carbone minéral. L’ensoleillement optimise donc la concentration et la préservation des nutriments et des micronutriments présents dans la spiruline.

La qualité de la spiruline est intimement liée à son environnement de croissance et aux procédés technologiques utilisés pour son séchage et sa conservation. Au Tchad, la spiruline est récoltée et consommée encore aujourd’hui comme un aliment par les habitants de ce pays. Les premières récoltes issues du lac Tezcuco au Mexique amorcent, au début des années 1970, la commercialisation de la spiruline dans le monde. L’expansion de la ville de Mexico, la pollution et le ruissellement agricole contaminent rapidement les cultures de spiruline au bord de ce lac marquant ainsi le déclin de la production mexicaine. Depuis, plusieurs cultures ont été développées en Chine, en Afrique, au Vietnam, au Pérou, en Indes, en Californie et à Hawaï.

La spiruline Gandalf cultivée sous le soleil chaud et flamboyant Hawaïen, se distingue par sa pureté et sa richesse exceptionnelle en nutriments et en phytonutriments. En effet, la spiruline Hawaïenne Gandalf croît dans un mélange d’eau douce dont 10% provenant des eaux marines puisées à plus de 600 m de profondeur. Alors que la plupart des cultures dans le monde utilisent de l’eau de rivière ou d’irrigation, les installations Hawaiiennes utilisent de l’eau potable. L’environnement pur Hawaïen permet de produire une spiruline contenant des quantités infimes de contaminants et de métaux lourds. En effet, les algues sont reconnues pour leur affinité chimique avec les métaux lourds. Plusieurs algues actuellement sur le marché contiennent plus de 5,0 ppm de plomb, alors que celle d’Hawaii en contient moins de 2,0 ppm. L’entreprise, en activité depuis 1983, produit une spiruline pure, non irradiée, sans pesticide, herbicide ou OGM répondant ainsi aux « Bonnes pratiques de fabrication » (BPF) de l’Association des Produits Naturels (NPA).

En plus de sa pureté, la spiruline Gandalf se distingue par son profil nutritionnel exceptionnel. Quelques grammes seulement de spiruline permettent d’apporter une quantité phénoménale de nutriments et de micronutriments. Sa richesse en minéraux et en oligoéléments (notamment en calcium, fer, phosphore, magnésium, zinc, cuivre, manganèse, chrome, sodium, potassium et sélénium) en fait une précieuse alliée pour rétablir et maintenir l’alcalinité de notre métabolisme. L’hyperacidité métabolique crée un terrain propice à la fatigue, à l’inflammation, aux crampes, aux raideurs musculaires, à l’arthrite, à l’arthrose, l’ostéoporose, aux infections, à l’eczéma, au psoriasis, à la goutte, aux caries, au cancer et à la dégénérescence cellulaire. Une consommation régulière de spiruline Gandalf contribue donc à minéraliser notre métabolisme et favorise ainsi le retour à l’équilibre et la guérison.

En plus des minéraux et des oligoéléments, la spiruline Gandalf est également une excellente source d’enzymes, d’acides aminés, de vitamines, d’acide gamma-linolénique, de phytonutriments et d’antioxydants. Elle permet de purifier le corps (élimination des toxines et des métaux lourds), d’équilibrer la glycémie (minéraux, oligoéléments et teneur élevée en acides aminés) et apporte de précieux composés pour soutenir le pancréas, le foie, les reins, le système nerveux, le système immunitaire et les yeux. En effet, la spiruline Gandalf se distingue par sa richesse exceptionnelle en chlorophylle, en bêta-carotène (système immunitaire et santé de la peau), en zeaxanthine (santé des yeux et du cerveau) et en phycocyanine (un antioxydant qui contribue à la santé du foie et des reins).

Pour préserver l’intégrité des précieux nutriments et micronutriments qui confèrent à la spiruline son profil nutritionnel exceptionnel, il est important d’utiliser un procédé de séchage qui prévient l’oxydation des éléments nutritifs et un emballage barrière à l’humidité, à l’oxygène et à la lumière. La spiruline Gandalf, séchée dans un environnement exempt d’oxygène (moins de 1%), est conservée dans un sac laminé multicouches (feuille métallique intégrée entre deux couches de plastique) permettant ainsi d’assurer une protection optimale des propriétés thérapeutiques de la spiruline Hawaïenne.

La spiruline Gandalf peut être ajoutée à un jus de fruit, à un jus de légumes frais ou à un smoothie vert. Je vous invite à découvrir cette petite perle aquatique Hawaïenne qui ensoleillera vos journées et qui vous séduira par sa douce saveur et ses merveilleuses vertus énergisantes et thérapeutiques.

Imane Lahlou, N.D., Ph. D.
Dre en sciences et technologie des aliments et naturopathe
Auteure et conférencière
www.imanelahlou.com

Auteure du livre Le Plaisir et la Santé dans la même assiette
Édition Du Sommet
27 mars 2012